Edouard Mehl

Professeur de philosophie

Professeur de philosophie moderne et d'histoire des sciences
Membre du Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (CREPHAC, EA 2326)
Ancien Doyen de la Faculté de Philosophie (2011-2014)



Domaines de recherche

Histoire de la philosophie moderne
Métaphysique et théorie de la connaissance, de Descartes à Kant
Histoire des sciences et des idées cosmologiques, de Copernic à Newton
Théories de la modernité et usages contemporains de Descartes

Publications

Livres en nom propre

 

Descartes et la fabrique du monde. Le problème cosmologique de Copernic à Descartes, Paris, presses Universitaires de France, collection Epiméthée, 2019, 426 pages.

La cosmologie cartésienne n’est désignée par son auteur que sous le modeste diminutif d’une « fable du monde », où l’on peut voir l’indice d’une incapacité du savoir humain à pénétrer le secret de la « fabrique du monde ». Pourtant, comme pris d’hybris théorique, et comme si le physicien était lui-même attelé à l’œuvre des six jours, le même Descartes peut se déclarer « après à démêler le chaos pour en faire sortir la lumière ».
C’est là, dans la tension entre ces deux attitudes diamétralement opposées, que se déploie l’effort cartésien pour surmonter la crise déclenchée par la mise à l’index de Copernic (1616), aboutissant, dix-sept ans plus tard, à la condamnation de Galilée (1633). Cet effort est celui qu’accomplit la philosophie pour tout « recommencer dès les premiers fondements ». Quels sont ces « fondements » ? C’est l’étendue qui, dès les premiers moments de la création, définit l’essence des corps.
Si la théologie, libérée des chimères de l’École (matière première, qualités réelles, formes substantielles, espaces imaginaires, etc.), pouvait y reconnaître l’unique et vraie forme des corps, sans doute renoncerait-elle bientôt à « enfermer le monde dans une boule » et à tenir des fables suspectes pour articles de foi. Cette conviction, chez Descartes, est invariable. Ce qui varie, ce sont les moyens et les stratégies discursives pour le « persuader aux autres ».

 

Descartes en Allemagne, 1619-1620. Le contexte allemand de l’élaboration de la science cartésienne, Préf. de Michel Fichant. Presses Universitaires de Strasbourg, 2001, 380 pages.
2e édition corrigée et augmentée, Presses Universitaires de Strasbourg, 2019, 626 pages.

« J'étais alors en Allemagne, où l’occasion des guerres qui n’y sont pas encore finies m’avait appelé… ». C’est ainsi que l’auteur anonyme du Discours de la méthode (1637) entame le récit d’une autobiographie intellectuelle que la postérité s’accorde à regarder comme l’acte de naissance de la philosophie moderne.
On ne sait pourtant presque rien, ni du projet lui-même, ni des circonstances qui entourent sa naissance. Aussi cette enquête cherche-t-elle à y accéder, non depuis l’œuvre achevée de Descartes, mais depuis le sol où s’enracine l’arbre de sa philosophie.
En Allemagne, en 1619, Descartes a-t-il rencontré Kepler, le mathématicien Faulhaber, ou un quelconque représentant de la société Rose-Croix ? A-t-il visité Kassel, Butzbach, Linz ou Prague ?
Cet ouvrage s’emploie à départager ces hypothèses, et surtout à en évaluer l’intérêt philosophique : qu’apportent-elles à l’intelligence du projet cartésien, et par extension, de toute la philosophie comme projet de fondation de la science mathématique de la nature ?

 

Descartes et la visibilité du monde. Les principes de la philosophie, Paris, Presses Universitaires de France, collection CNED, 2009, 176 pages.

Les Principes de la philosophie de Descartes (1647) proposent une philo­sophie réunissant de manière originale tout ce qui relevait jusque-là de sciences distinctes : la « physique », l'« astronomie », la « métaphysique ». L'ouvrage, parfaitement didactique, vise à remplacer les manuels scolaires de l'époque, figés dans un aristotélisme dont la révolution scientifique des XVIe et XVIIe siècles a précipité la ruine. Mais, sans céder à la facilité d'une polémique unilatérale contre un savoir périmé, les Principes retournent cet aristotélisme sublimé contre le scientisme d'une époque parfois tentée d'enterrer l'idée même de philosophie.
D'où l'ambiguïté d'un ouvrage où les frontières entre la critique et la réappropriation de la tradition ne sont pas toujours évidentes. D'où aussi la radicalité et l'envergure d'une ouvre qui expose une nouvelle théorie de la connaissance, de la matière corporelle, du mouvement, de la lumière, du ciel d'où celle-ci nous parvient, et enfin du monde comme le lieu absolu de leur apparition. Ce monde n'est pas seulement l'espace, sans qualités, que hantent des corps sans esprit ; c'est un monde immense, à la fois parfait et ouvert, évident et mystérieux, car le ciel étoilé cèle dans son immensité le secret de son ordre. Les Principes consacrent la philosophie à la considération de cette nouvelle énigme.

 

Direction d'ouvrages

Les usages contemporains de Descartes. Numéro thématique de la Revue Methodos (2018-n°18), coordonné par Alexandre Billon et Édouard Mehl. Consulter en ligne.

Le Temps des Astronomes. L’astronomie et le décompte du temps de Pierre d’Ailly à Newton, Édouard Mehl et Nicolas Roudet (dir.), 2017, 402 pages.

La réception de Duns Scot / Die Rezeption des Duns Scotus / Scotism through the Centuries, Mechthild Dreyer, Édouard Mehl, Matthias Vollet (eds). The Quadruple Congress on John Duns Scotus, Volume IV. Aschendorff, Archa Verbi Subsidia, Band 6, 2013, 335 pages.

La Science et sa logique. Le statut épistémique de la logique de Descartes à Husserl. Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, n° 32, 2012-2, 356 pages.

Kepler. La physique céleste. Autour de l’Astronomia Nova (1609). Les Belles Lettres, 2011 (Édouard Mehl, dir.). 360 pages.

Nouveau Ciel, Nouvelle Terre. La révolution copernicienne dans l’Allemagne de la Réforme, 1530-1630. Miguel Angel Granada et Édouard Mehl (dir.). Les Belles Lettres, 2009, 448 pages.

L’Idée de monde / La vie active. Textes réunis par A. Tomès et Éd. Mehl. Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, n° 25, 2009-1, 300 pages.

 

Traductions

(de l’allemand) Rainer Schäfer : « Transformations de l’Erkenntnistheorie dans la critique husserlienne de Descartes », in La Science et sa logique (2012), p. 325-341.

(de l’allemand) Dieter Launert : « Le système du monde de Nicolas Raimer Ursus », in Nouveau Ciel, Nouvelle Terre (2009, supra), p. 155-178.

(du latin et de l’allemand) Présentation, traduction et annotation des Commentaires de Marsile Ficin et de J. W. Goethe sur le Ion de Platon, dans [Platon], Ion, Paris, Ellipses, Petite Bibliothèque de Philosophie, octobre 2001, pp. 75-110

 

Articles et chapitres d'ouvrages

« Malebranche et les lois de Kepler », dans Nouvelles recherches sur La Recherche de la Vérité de Malebranche, édité par Jean-Christophe Bardout, Vincent Carraud et Denis Moreau, Paris, Vrin, 2019, p. §§§ (parution : octobre 2019).

Préface à Gérard Simon. Kepler, rénovateur de l’optique (édition de D. Bellis et N. Roudet). Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 13-15. 10.15122/isbn.978-2-406-08015-2.p.0013

« Les VIIe Objections et Réponses », dans Descartes : Méditations, Objections et Réponses, édité par Dan Arbib. Paris, Vrin, 2019, p. 373-393.

« Le Soleil au cinquième concile du Latran (1512-1516). Copernic et la réforme du calendrier julien ». Revue des Questions Scientifiques, 2018, n° 4, p. 391-408. 

[avec Pierre Jeandillou] “Bibliothèques, Conservatoires, Observatoires. Nouveaux matériaux pour l’histoire de l’astronomie moderne : autour du landgraviat de Hessen-Butzbach », La Revue de la BNU, n° 18, Automne 2018, p. 61-71.

« Kepler’s second Copernican Campaign : The search for an annual stellar parallax after the Roman decree (1616)”, in Copernicus Banned. The entangled matter of the anti-Copernican decree of 1616, éd. Natacha Fabbri and Federica Favino, Biblioteca di Galilaeana, VIII, Leo S. Olschki, 2018, p. 191-209.

« Ego sum qui sentio. Le cogito réincarné des phénoménologues », Methodos [En ligne], 18 | 2018. Consultation en ligne.

« Révolution copernicienne et métaphysique de la grandeur : Copernic, Descartes, Pascal », Les Études Philosophiques, 2018, n° 2 (dossiers « Cosmologies » réuni par Élise Marrou), p. 251-265.

« Descartes ou la Philosophie des (re)commencements ». Archives de Philosophie, janvier-mars 2018 (L’idée de Philosophie à l’âge classique), p. 49-67. http://hal.univ-lille3.fr/hal-01700966.

« Les états de la matière solaire dans les Principia Philosophiae de Descartes », Archives Internationales d’Histoire des Sciences, Académie internationale d'histoire des sciences, 2018, 66 (177/2016), pp. 399-413.

« La fiction théologique du ciel empyrée de Luther à Descartes ». Revue des Sciences Religieuses, 91(2), numéro « Cosmologies », p. 193–210, April 2017. Consulter en ligne.

« Agostino Steuco et la question de l’immensité cosmique entre Théologie et Science au Temps de la Réforme », in T. Suarez-Nani, O. Ribordy, A. Petagine (éd.), Lieu, espace, mouvement : physique, métaphysique et cosmologie (XIIe-XVIe siècles), Barcelone-Rome, FIDEM, 2017, pp. 229-248.

« Novum struam mundum. Kepler’s Rebuilding of the Copernican symmetria mundi ». In Dario Tessicini, Miguel Angel Granada, Patrick J. Boner (eds), Unifying Heaven and Earth, Essays in the History of Early Modern Cosmology. Edicions de la Universitat de Barcelona, 2016, p. 197-216. URL http://hal.univ-lille3.fr/hal-01359849.

« La révolution copernicienne de la chronologie ». In Nicolas Roudet, Édouard Mehl (eds), Le Temps des astronomes. L’astronomie et le décompte du temps de Pierre d’Ailly à Newton, p. 269–297. Les Belles Lettres, 2017.

« L’ère du temps : la chronologie et ses enjeux théologico-politiques ». In Nicolas Roudet, Édouard Mehl (eds), Le Temps des astronomes. L’astronomie et le décompte du temps de Pierre d’Ailly à Newton, p. 9-17. Les Belles Lettres, 2017.

[en japonais] « Le problème de l’idéalité du monde extérieur », ch. 2 de Beyond Philosophy : Surveying the System and the Method, éd. Katzuzo Murakami, Tokyo, Shumpusha Publishing Co., Ltd., 2016 (ISBN 978  4 — 861110 — 478 — 7).

« Une polémographie de la modernité » (autour des Querelles Cartésiennes de Pierre Macherey). Methodos, n° 16, 2016. URL http://hal.univ-lille3.fr/hal-01361273.

« Note complémentaire sur une observation astronomique et la recherche d’une parallaxe stellaire ». Liminaire du Bulletin Cartésien, Archives de Philosophie, 79: 189–193, 2016. URL http://hal.univ-lille3.fr/ hal-01361272.

« De Copernic à Descartes, l’Empyrée, la parallaxe stellaire et le mouvement de la Terre ». Revue des sciences philosophiques et theologiques, 99(2):239–265, 2015. URL http: //hal.univ-lille3.fr/hal-01361271.

« D’Aby Warburg à Éric Weil : le rêve d’une bibliothèque humaniste au 20e siècle ». La Revue de la BNU, (12): 60–69, 2015. URL http://hal.univ-lille3.fr/hal-01371262.

« Polybe le Cosmopolitain ou la vérité des sciences curieuses », actes du colloque organisé par le Centre d’Études Cartésiennes sur « La science et son fondement », édité par Hélène Leblanc et Siegrid Agostini. Examina Philosophica. I Quaderni di Alvearium, 1, 2015, p. 73-88.

« Les années de formation », in Lectures de Descartes, sous la direction de F. de Buzon, Élodie Cassan, Denis Kambouchner, Paris, Ellipses, 2015, p. 41-65.

« L’autonomie pour quoi faire ? » in Autonomie, enjeux de société, enjeux pour la santé. Travaux de l’association Euro-Cos Humanisme et Santé, édité par C.-M. Laedlein-Greilsammer, Les Editions de santé, 2015, p. 39-45.

« La science se fait-elle encore dans les livres ? Un entretien avec Jules Hoffmann, de l’Académie Française, Prix Nobel de physiologie ». La Revue de la BNU n° 10 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg), automne 2014, p. 76-81.

[avec Patrick J. Boner et Miguel A. Granada] : « L’impulsion bibliothécaire de la révolution scientifique : livres et réseaux autour de Johannes Kepler », La Revue de la BNU n° 10 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg), automne 2014, p. 10-21.

« L’Autre philosophe : Élisabeth, dédicataire des Principia Philosophiae », dans Élisabeth de Bohême face à Descartes: Deux Philosophes, éd. Marie-Frédérique Pellegrin et Delphine Kolesnik, Paris, Vrin, 2014, p. 65-81.

« Descartes et l’égalité des esprits ». L’enseignement philosophique. Revue de l’association des professeurs de philosophie de l’enseignement public, 64e année, n° 2 (décembre 2013- février 2014), p. 23-36.

« La métaphysique au tribunal de la théologie ? La dédicace des Meditationes à la Sorbonne», Revue des Sciences Religieuses, Strasbourg (dir. I. Iribarren et F. Vinel), 87, n° 4, 2013, p. 427-449. Consulter en ligne.

« Comètes et taches solaires en Allemagne, 1610-1630. Les hétérodoxes (Faulhaber, Mayr, Mögling) et le point de départ de la “fable du monde” cartésienne », in Celestial novelties on the eve of the scientific revolution, 1540-1630, D. Tessicini & P. Boner (eds), Firenze, Olschki, 2013, (Galilaeana, journal of Galilean studies, Bibliotheca di Galileana III ) p. 231-255.

« L’existence de Dieu comme première vérité : Descartes s’est-il forgé un adversaire scotiste ? » in « La postérité de Duns Scot ». Aschendorff, Archa Verbi (Supplementa mediaevalia), dir. M. Dreyer, E. Mehl, M. Vollet, Münster, Aschendorff, 2013, p. 119-137.

« La physique cartésienne et l’interprétation de la Genèse », in Lire et Interpréter. Les religions et leurs rapports aux textes fondateurs. dir. Anne-Laure Zwilling . Genève, Labor et Fides, 2013, p. 135-149.

« De quoi la logique est-elle la science ? », Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, n° 32 (2012-2), p. 11-20.

« Théorie physique et optique des comètes de Kepler à Descartes », in Novas y Cometas entre 1572 y 1618. Revolucion cosmologica y renovacion politica y religiosa. Miguel A. Granada (ed.), Universitat de Barcelona, Publicacions i Edicions, p. 255-274.

« Auto-affection et cogito. Sur le cartésianisme de Michel Henry », in Emotional minds. The passions and the limits of pure inquiry in early modern philosophy, S. Ebbersmeyer (ed.), Berlin, De Gruyter, 2012, p. 31-49.

« Descartes a-t-il critiqué les lois de Kepler ? ». Kepler. La physique céleste. Autour de l’Astronomia Nova (1609) (E. Mehl éd.), les Belles Lettres, 2011 p. 231-259. 

« Non igitur μυθολογεῖ Copernicus ». Kepler. La physique céleste. Autour de l’Astronomia Nova (1609) (E. Mehl éd.), les Belles Lettres, 2011, p. 11-19.

 « La science capitale : Johann Valentin Andreae et les mathématiques ». in Religion und Naturwissenschaft, éd. C. von Greyerz, Thomas Kaufmann, Kim Siebenhüner, Roberto Zaugg, Gütersloher Verlag, 2010, p. 198-216.

« La science nouvelle : Rothmann, Kepler Mersenne ». Anthologie Philosophie et Théologie (dir. P. Capelle-Dumont, Le Cerf, 4 vol. [vol. III], 2010, coordonné par J.-C. Bardout), p. 173-185.

« Jean Sturm et l’enseignement des mathématiques à la haute École de Strasbourg », in Johannes Sturm (1507-1589), Rhetor, Pädagoge und Diplomat, éd. Par M. Arnold. Tübingen, Mohr Siebeck, 2009, p. 195-213.

« World building. Heidegger et son concept de Weltbild », Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, n° 25, Premier semestre 2009, p. 43-73.

« La Première philosophie de Descartes » in : Descartes et l’Allemagne — Descartes und Deutschland, J. Ferrari, P. Guenancia, M. Ruffing, R. Theis, M. Vollet (éds), Georg Olms Verlag, Europaea Memoria, 2009, pp 45-61.

« Philosophia interpres naturae. L’interprétation de la nature au seuil de l’âge classique », Revue de Métaphysique et de morale, 2009/2, pp. 167-186.

« Héliocentrisme et eschatologie : la figure du Sol Justitiae » in :  Nouveau Ciel, Nouvelle Terre. La révolution copernicienne dans l’Allemagne de la Réforme (1530-1630). Les Belles Lettres, 2009, pp. 355-380.

« L’euthanasie de la métaphysique : Kant, Aristote et l’ontologie », in : Platon et Aristote à la lumière de la philosophie allemande, Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, 23, premier semestre 2008, pp. 195-218.

 « L’héliocentrisme et le mystère de la fabrica mundi », L’énigmatique à la Renaissance : formes, significations, esthétiques. Études réunies par Daniel Martin, Pierre Servet, André Tournon. Paris, Honoré Champion, 2008, p. 474-486.

« La syndérèse cartésienne ». Actes de la journée d’études sur « Conscience et syndérèse », organisée par Philippe Hoffmann et Christian Trottmann (CESR, Tours), Paris, Honoré Champion, 2007, p. 269-289.

« Le temps et le décentrement de la permanence », Descartes en Kant. Michel Fichant, Jean-Luc Marion (dir.), Paris, PUF, Épiméthée, 2006, p. 57-77.

« La simplicité de l’idée », in La voie des idées ? Le statut de la représentation XVIIe – XXe siècles, dir. K. S. Ong-van-Cung, CNRS, 2006, p. 31-43.

« Descartes critique de la logique pure », Les Études Philosophiques, 4/2005, p. 485-501. Consulter en ligne.

« Le complexe d’Orphée – Philosophie et mythologie au XVIe siècle ». Littératures, PU du Mirail (Printemps 2003), « Les fictions du savoir à la Renaissance », sous la dir. d’O. Guerrier, pp. 87-100. Consulter en ligne.

« Euclide et la fin de la Renaissance – sur le scolie de la proposition XIII. 18 ». Actes du colloque sur la réception des Éléments d’Euclide au Moyen Age et à la Renaissance (Lille, 15-16 mars 2002). Revue d’Histoire des sciences, 2003, n° 56 2, pp. 439-455.

« Dubito ergo sum : Descartes et le cogito des cartésiens ». La Lettre Clandestine, n° 10 – 2001, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, pp. 43-57.

« L'Empreinte et le Signe : Descartes, Démocrite et la Théorie de la Vision », dans : Les Anciens Savants, Études sur les philosophies préplatoniciennes réunies par P. -M. Morel et J.-F. Pradeau, Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, tome 12, Strasbourg, automne 2001, pp. 211-228.

« Note sur le Séjour Allemand de Descartes », dans : Bulletin Cartésien XXVIII (liminaire I). Archives de philosophie, janvier-mars 2000, pp. 1-6.

« L’Essai sur Robert Fludd », dans : Libertinage et philosophie au XVIIe siècle (IV : Pierre Gassendi), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2000, pp. 85-119.

« Descartes : une Philosophie sans Dialectique ? », dans : Les Cahiers Philosophiques de Strasbourg, tome 9, Strasbourg, 2000, pp. 133-173.

« La Question du Premier Principe dans la Recherche de la Vérité », dans : Nouvelles de la République des Lettres, 1999-1, pp. 77-97.

« Les Méditations Stoïciennes de Descartes », dans : Le retour des philosophies antiques à l’âge classique, tome I : Le Stoïcisme au XVIe et au XVIIe siècle. Sous la direction de P.-F. Moreau, Paris, Albin Michel, 1999, pp. 259-280.

« Remarques sur l’union substantielle et l’action réciproque », dans : Union et Distinction de l’Âme et du Corps : Lectures de la VIe méditation de Descartes. Textes réunis pas Delphine Kolesnik-Antoine, Paris, Kimé, 1998, pp. 129-146.

« Le Méchant Livre de 1630 », dans : Libertinage et philosophie au XVIIe siècle (I). Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1996, pp. 53-67.

« La Souveraineté », dans : Référence - La revue des Prépas, N° 5, novembre 1994, pp. 30-35.

Travaux en cours

Publications de transfert, diffusion scientifique, webcasts, émissions radio, autres

Entretien avec Edouard Mehl : Autour de Descartes en Allemagne et de Descartes et la fabrique du monde

Entretien pour la revue en ligne Actu Philosophia, 9-13 novembre 2019

Partie 1
Partie 2

« Pourquoi méditer ? »

Film réalisé par Andrea Potestà, Géraldine Roux, Alexis Zimmer

« La vie est un songe »

Émission radio Les Nouveaux Chemins de la Connaissance (France Culture) animée par Raphaël Enthoven.

La science se fait-elle encore dans les livres

« La science se fait-elle encore dans les livres ? Un entretien avec Jules Hoffmann, de l’Académie Française, Prix Nobel de physiologie ». La Revue de la BNU, n° 10 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg), automne 2014, p. 76-81. Consultation en ligne.

« Structures de pensée et objets du savoir chez Gérard Simon »

Webcast de la journée d’organisée par Édouard Mehl (Lille, STL) et Nathalie Queyroux (ENS-CAPHES), le 7 octobre 2015 à l’ENS-Ulm.
Consulter en ligne
.

« Harmoniser les strates du temps »

Interview publiée dans Savoirs, le magazine d’information de l’Université de Strasbourg : http://savoirs.unistra.fr, octobre 2016

Zoo-cosmo-logie. Sur l’ancienne thèse de l’animalité du monde

Webcast de la journée d’études « Le vivant »
Organisation : Alexandre Billon et Edouard Mehl

 D’Aristote à Husserl et retour. L’idée de mathesis universalis et l’impossibilité d’une théorie de toutes les théories

Webcast de la journée d’études sur « La théorie »
Organisation : Alexandre Billon et Edouard Mehl

Un génie à part ?

« Un génie à part ? », dans René Descartes 1596-1650, Les Cahiers de Science & Vie, n°66, décembre 2001, pp. 26-33